Contact

    Si vous souhaitez envoyer plusieurs fichiers, pensez à les compresser dans une archive zip.

    (Taille maximum 20 Mo / Fichiers acceptés : .jpg .png .pdf .psd .ai .zip)



    La PWA et l’UX/UI design, des outils pour réduire la fracture numérique

    La PWA et l’UX/UI design, des outils pour réduire la fracture numérique

    Selon l’INSEE, pas moins de 16,5 % de la population en France est incapable de se servir des technologies numériques. Il s’agit de la fracture numérique. Avec la dématérialisation du service public une partie des Français se trouve en difficulté pour effectuer des démarches importantes (impôt, allocations, emploi…). Le décalage engendré est renforcé par la difficulté de navigation sur les sites et applications du service public. Face à ces difficultés, les PWA (progressive web apps) et l’UX/UI, apportent des solutions efficaces. Simples d’utilisations, conçues pour des usages réguliers, ils constituent des atouts phares pour améliorer l’inclusion numérique.

    La fracture numérique d’un manque matériel à une problématique d’éducation

    Les inégalités d’accès à Internet.

    Environ 7 % des français âgés de 15 ans et plus, n’ont pas de smartphone ni de connexion à domicile. L’élément financier entre en jeu, le coût d’un abonnement représente un budget important pour les foyers précaires. Mais ce n’est pas la cause principale de cette absence d’équipement.

    Les déserts numériques sont également la cause de cette inégalité d’accès. Aussi appelées “zones blanches”, il s’agit de portions du territoire qui ne sont pas couvertes par le réseau ou alors à faible débit. Environ 40% du territoire manque de l’équipement permettant une couverture du réseau efficace. Malgré des subventions publiques, les opérateurs sont réticents à l’idée de se lancer dans de grands travaux dans des régions difficiles d’accès.

    Cette situation touche également les foyers dotés d’un accès à Internet. Ces derniers se retrouvent également confrontés à une connexion lente qui entrave leur démarche en ligne. L’enquête de l’INSEE indique également que certaines personnes, n’éprouvent pas le besoin de connecter leur foyer au web, car ils ont tout disponible à proximité, indépendamment de leurs revenus ou de leurs connaissances de l’écosystème numérique.

    Une inégalité des compétences en matière d’usage des TIC

    On parle d’illectronisme, ou d’illettrisme numérique afin de désigner les difficultés rencontrées par les personnes adultes en matière d’usage des TIC ( Technologies de l’information et de la communication). Les détenteurs d’une connexion n’en sont pas protégés.

    Près de 50% de la population souffre d’au moins une lacune à propos du numérique

    L’INSEE révèle que 38 % des usagers ont au moins une lacune en matière de savoir-faire digital, et même 2 % n’en a aucune. L’usage des logiciels de bureautique (traitement de texte, calcul ) arrive en tête. Ce ne sont pas moins de 34,5% des usagers d’Internet qui déclarent ignorer comment utiliser les outils bureautiques. Le fossé se creuse et augmente la fracture numérique également par rapport aux différentes façons d’utiliser le web.

    Environ 10 % des usagers d’Internet sont en difficulté pour rechercher des informations. Les autres lacunes touchant également les utilisateurs du Web concernent, résolution de problèmes et la communication. Il est déjà surprenant que les statistiques dans ces derniers domaines de compétence touchent autour de 8 % des plus de 15 ans équipés d’Internet. Si l’on passe à l’ensemble de la population, dans la même tranche d’âge, on dépasse les 20 %. Le manque de savoir-faire informatique a également un impact économique et social.

    Quelles sont les personnes touchées par la fracture numérique ?

    Selon une étude des Petits Frères des Pauvres 27,2 % des plus de 60 ans n’utilisent jamais Internet, ce qui les pousse à l’isolement. 67,2% des plus de 75 ans (source Insee) déclarent être en difficulté face aux nouvelles technologies. Cette tranche de la population, souvent, cible d’arnaque en ligne (faux mails des institutions arnaque à l’assurance…). Une vulnérabilité qui rend les personnes âgées plus réticentes à l’usage des services dématérialisés, mis à disposition par les collectivités territoriales et les entreprises privées. Il s’ajoute à cela la solitude, phénomène aggravé par le confinement.

    Nombre de personnes âgées ont vécu le confinement seules, sans proches à proximité, créant un vide social. Ignorant comment user des réseaux sociaux, elles ont connu un isolement total durant la période des restrictions sanitaires.

    Les populations faiblement diplômées sont également touchées. Les entreprises sont de plus en plus demandeuses en matière de maîtrise des technologies. Les postes d’assistants ou de secrétaires nécessitent à minima la maîtrises des divers outils de bureautiques (Word, Excel, Power Point, ). L’illectronisme engendre de nouvelles inégalités sur le marché de l’emploi. La pandémie a accéléré ce problème, avec l’émergence du télétravail. Ce dernier a rendu impératif la maîtrise des programmes de visioconférence (Zoom, Google Meet).

    L‘inégalité dans l’accès au réseau et/ou la possession d’un ordinateur, constituent un problème pour les foyers modestes. L’inscription au bac se fait en ligne. Durant le confinement, l’apprentissage s’est fait en ligne. On a pu constater que de nombreuses familles n’avaient pas accès au matériel adéquat, pour le suivi des cours de leur enfant. Autres victimes de la fracture numérique, les personnes en situation de handicap aussi bien physique que psychique. La handicap constitue un facteur de vulnérabilité (les besoins spécifiques, le manque d’autonomie.). Certaines personnes arrivent à utiliser le Web à des fins ludiques ou de discussion, mais peuvent se retrouver désemparées pour les taches utilitaires, facteur aggravé par le manque de simplicité de certaines interfaces. 

    Les réponses de pouvoirs publiques face à la fracture numérique

    L’accès à Internet n’est plus considéré comme chose accessoire. Il s’agit d’un droit. L’Etat s’est donné pour objectif de réduire l’écart de niveau d’utilisation des TIC. L’Etat a décidé de recruter et de former 4 000 conseillers numériques. A travers un accompagnement aussi bien individuel que collectif, ces conseillers ont pour mission d’expliquer l’usage des outils et technologies. Ce dispositif ne se limite pas à l’aide aux personnes. Les conseillers accompagnent également les petites et moyennes entreprises. Cela ne se traduit pas que par de l’aide aux démarches administratives. Les entrepreneurs sont également renseignés sur la meilleure façon d’utiliser les TIC afin de développer leur activité.

    Outre la formation, une aide à la transformation numérique a été mise en place dans le cadre du Plan France Relance. En outre, les principaux opérateurs reçoivent des subventions afin de couvrir les zones blanches. L’action de l’Etat contre l’illectronisme est double. Réduire les inégalités économiques et sociales en termes d’usage des nouvelles technologies, et grâce à cette politique, développer les territoires. Mais la politique de lutte contre l’exclusion numérique, ne pourra se faire sans le recours à une technologie plus abordable, à destination des populations les plus réticentes.

    Créer des outils plus accessibles afin de réduire la fracture numérique

    Proposer une meilleure ergonomie des services dématérialisés

    L’une des conséquences de l’illectronisme, est le renoncement. Doctolib, applications bancaires, site des impôts, leur interface parfois compliquée entraine l’exclusion d’une frange de la population peu au faite de l’utilisation des TIC. Il devient nécessaire de faciliter la navigation sur les sites et applications nécessaires à la vie quotidienne.

    L’information doit être disponible rapidement sans passer par l’ouverture de plusieurs onglets internes dans un site. Faire appel à des designer UX/UI qualifiés est la première nécessité. Ces derniers ont pour charge d’optimiser le parcours des usagers, au sein des sites et applications. Pour cette raison, les boutiques de commerce en ligne font régulièrement appel à leur service. Le parcours au sein des sites et applications de l’état et des collectivités territoriales se doit d’être rapide et intuitif. Les usagers seront moins enclins à renoncer à accomplir leur tâche et à user de leur droit. Cela permettra de réparer en partie la fracture au sein de la société.

    Il est également possible de créer des outils bureautiques simplifiés. Ainsi, une personne inexpérimentée pourra accéder à un format de document précis sans passer par plusieurs étapes. Les sites de recherche d’emploi peuvent simplifier l’enregistrement du profil des demandeurs, afin de leur permettre d’accéder rapidement à des offres d’emplois adaptées à leurs compétences.

    L’atout des PWA pour compenser l’illectronisme.

    On désigne par PWA (progressive web apps) un site web qui fonctionne comme une application native. À la différence de cette dernière, la PWA offre de nombreux avantages qui répondent aux problématiques d’inclusion digitales. Nul besoin de passer par un store pour la télécharger. Nombreux sont les possesseurs de téléphones qui ignorent comment télécharger leurs applications ou, alors y renoncent faute de connexion rapide.

    La PWA nécessite peu de réseau et elle peut se charger avec la 2G ou la 3G, ce qui la rend idéale dans les zones blanches. Un autre atout, la PWA est accessible par ordinateur, téléphone mobile ou tablette. Selon l’INSEE, 95 % des ménages ont au moins un smartphone à domicile tandis que 83 % ont un ordinateur. Certaines démarches simples peuvent être accomplies sans entraves dues au manque d’équipement.

    Un autre atout des PWA, elles peuvent être utilisées y compris sans réseau. La PWA n’est pas la solution magique pour réduire les inégalités engendrées par la fracture numérique. Une PWA répond à un but précis, voilà pourquoi les pouvoirs publics et les collectivités territoriales doivent adresser précisément leur besoin au développeur. Nul besoin de recourir à la PWA pour faire une vitrine d’une région ou d’une ville. La PWA par sa rapidité de déploiement en toute condition est une solution pour diffuser rapidement des informations en toute condition (transports météo, santé…).

    Pour conclure :

    La fracture numérique est un problème encore récurrent malgré les engagements du gouvernement. 17 % de la population n’a pas d’ordinateurs. 7 % des ménages n’ont pas Internet. Parmi les détenteurs d’une connexion, plus d’un tiers avoue avoir des lacunes dans l’utilisation des TIC. Un fait problématique, car ces usagers sont plus susceptibles de tomber dans la précarité ou dans la vulnérabilité. Perte de droit, arnaques manques de compétence sur le marché du travail, sont autant de problématiques à résoudre. Malgré la politique volontaire de l’état, la question d’une refonte des outils digitaux est nécessaire afin d’accélérer l’inclusion sociale et digitale.

    AquilApp un prestataire à l’écoute des collectivités et des entreprises

    AquilApp est une agence nantaise de développement web. Son action couvre l’ensemble du pays. Que vous soyez une petite collectivité territoriale ou une institution publique, nos développeurs sauront vous accompagner. Optimiser l’ergonomie de vos sites et les rendre faciles d’utilisation, concevoir une PWA fiable pour les plus démunis en termes de réseaux, notre équipe est à votre écoute afin de fournir une prestation adaptée.

    Maxime Léon
    No Comments

    Post a Comment

    Comment
    Name
    Email
    Website